Chasseur, mon ami, mon frère

10-10-2015 23-41-31Pas de panique ! Je n’ai pas viré de bord ! Je voudrais simplement partager avec vous une expérience qui m’est arrivé il y a une huitaine de jours.

Comme dans toute la France, là où j’habite, l’époque est à nouveau à la chasse depuis quelques semaines, et certaines de mes journées commençaient et se terminaient accompagnées par le bruit des coups de feu tirés au loin par les chasseurs. Évidemment, cela me dérangeait énormément, non pas pour le bruit mais pour les animaux qui étaient ainsi tués pour le plaisir.

A chaque fois, je pestais contre les chasseurs tout en me sentant impuissante à faire quoi que ce soit pour arrêter le carnage. Ce n’est déjà pas facile de vivre dans la région du Foie Gras, la chasse était la goutte d’eau qui faisait déborder mon vase, même dans “mon Rien”.  Jusqu’à la semaine dernière …

Donc, il y a quelques jours, un matin, alors que j’étais tranquillement en communion avec le soleil sur la terrasse, j’entendis un bruit sur le chemin qui longe le jardin. Équipé d’une casquette rouge fluo de chasseur, facilement reconnaissable, marchait mon voisin, l’agriculteur. De prime abord, je n’ai pas remarqué le fusil qu’il avait sur le bras, c’est quand j’ai vu un oiseau s’envoler (je ne les connais pas par leur petit nom) que lentement, comme un film au ralenti, je l’ai vu faire les gestes et que j’ai entendu le coup de feu.

L’oiseau est tombé, j’entendais encore le bruit du tir résonner à mes oreilles et en même temps je ressentais un coup dans mon coeur. Mes larmes coulaient, c’est moi qui étais touchée aussi…

J’étais cet oiseau qui ne vivait plus et en même temps, naturellement, j’ai demandé pardon à l’âme groupe de cet oiseau, tout en pestant intérieurement contre ce préhumain inconscient et irrespectueux de ses frères ailés.

Tout en ressentant cela, j’ai pris de la distance, ma Conscience s’est en quelque sorte élevée au dessus de cette situation, et je me suis demandé pourquoi je vivais cela. J’ai vite compris que repousser cet être n’allait pas changer les choses. Il fait partie de l’Humanité et moi aussi, donc ce qu’il exprimait, je l’avais en moi.

Un rapide balayage intérieur (comme dans le champ intuitif-cognitif de notre ami Yz) m’a signalé une disharmonie sur mon côté gauche, peut-être du côté de la rate (je ne suis pas experte en anatomie). J’ai alors demandé de l’aide à la Lumière et aux Rayons de couleur pour transmuter cette disharmonie intérieure qui venait de s’exprimer à l’extérieur.

Une fois cela fait, j’ai rouvert les yeux. Cela n’avait duré que quelques secondes, le chasseur avait tout bonnement disparu.

Si j’ai attendu un peu avant de partager ici cette expérience, c’est que je voulais vérifier. Effectivement, les bruits de chasse ont quasiment disparu de toute la semaine, pas totalement mais je dirais à 95 %.

Une preuve, s’il en était besoin, que le monde extérieur n’est que le reflet de ce que nous avons en nous.

Notre “job” le plus important n’est-il pas d’intégrer nos Ombres et de les mettre en Lumière par la Grâce du Pardon et de l’Acceptation ?

4 réflexions au sujet de « Chasseur, mon ami, mon frère »

  1. Contente de te retrouver, Ouella ! d’autant plus avec un partage si puissant ! Merci. Il m’a rappelé certaines intuitions. J’y retourne… Bisous-lumière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.